Home » BLOG » Qu’est-ce que la rédaction Web pour SEmiO Rédaction ?

Qu’est-ce que la rédaction Web pour SEmiO Rédaction ?

Pourquoi devrions-nous nous contenter de contenu où la prose travaillée et littéraire est quasiment bannie ?

Les senteurs d’un texte ne sont-elles guère réelles ? L’effluve que dégage un bon mot n’est-il pas perçu par le lecteur ? Il semblerait que le Web ait éduqué dans le mauvais sens les rédacteurs, qui a leur tour rendent la toile infréquentable. Internet n’est pas le premier responsable. Le monde tel qu’il se fait l’est plus justement. Celui qu’il faut châtier se cache derrière le champ économique, les systèmes financiers, voire plus pernicieusement le « marketing ». Ce dernier a réussi à retranscrire son modus operandi à même les textes de référence qui font Internet. Pauvres en lexique, peu stimulants esthétiquement et dépourvus d’être stylistique, les textes qu’éditent la plupart des entreprises — ce qui constitue la majorité des commandes qu’un rédacteur traite — sont infestés par la platitude qui ne mène le plus souvent qu’à informer, traquer, draguer — commercialement. En effet, le premier but d’une entité économique est de faire du profit, mais le texte, l’âme d’un texte, n’a ontologiquement de raison d’être que dans la sublimation de son corps, et d’objectif que de l’offrir aux lecteurs.

Depuis l’apparition de l’algorithme des moteurs de recherche, nous, rédacteurs de contenu, nous nous contentons de charmer les attributs trompeurs de ces machines destructrices d’esthétique. En somme, nous n’écrivons plus pour construire un univers textuel à contempler, nous le faisons pour des robots dépourvus de sensibilité et parce que nous nous plions davantage aux désirs technocratiques qu’à ceux artistiques. À la longue, il faudrait que tout cela cesse.


Rédacteur web : quand le texte sublime son objet

La poésie m’a heurté, il y a de cela quelques années. Depuis ce temps-là, que ce soit sous la plume de Paul Valéry ou de Jean-Pierre Richard, les objets de cet art qui se perd de plus en plus s’en trouvent agréablement sublimés sous mon regard de lecteur. Valéry nous raconte avec style sa terrible méfiance à l’égard des romanciers, leur préférant les poètes, tout en nous conseillant de nous méfier plus encore de nous-mêmes par voie de doute ; Richard nous dresse de magistraux portraits des plus grands esthètes avec une langue physique qu’il puise dans une sensibilité métaphysique : Pierre Reverdy, René Char, Philippe Jaccottet et huit autres sont exhaussés dans ses Onze études sur la poésie moderne. De cela, je veux bien sûr faire remarquer le rapport que noue un écrivain avec la chose que lui désigne le hasard : l’existence et son temps ; soi et les autres ; la nature et son architecture.


Qu’est-ce qui pourrait conduire un rédacteur à l’excellence ?


De même que ces écrivains/rédacteurs — littéraires — qui nous fascinent encore, je m’évertue à cultiver le même type de relation avec les commandes qui me parviennent des différents clients dont je m’occupe depuis quelques années. Et ceci passe inévitablement par la langue. Travailler la langue comme le firent ces acharnés du verbe, en creusant le vers comme le disait Mallarmé, est essentiel afin d’arriver à établir un lien entre l’objet et le texte qui le dévoile. En effet, le travail de rédacteur Web passe avant toute chose par l’excellence linguistique, qui se scinde techniquement dans la maîtrise de la grammaire et le sens de la formule. J’ai la certitude que ces deux dernières compétences que je tente de perfectionner quotidiennement, participent à l’accomplissement efficient d’une commande de texte quel que soit son objet, et cela me conforte dans l’idée que le métier de rédacteur n’est pas seulement une pratique commerciale dépourvue de nuances, mais bien une confrontation perpétuelle entre les ressources textuelles que nous cultivons et l’objet que l’on doit figurer. Le bon mot à la bonne place, suivant les attentes des clients auxquelles on doit sensibilité et compréhension : voilà ce qui fera d’un rédacteur Web le fondement de son métier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.